Patek Philippe Vintage

28 juin 2012 à 21:31

La Patek Philippe Nautilus en questions

La Nautilus de Patek Philippe en … questions (posées) à M. Eric Hamdi MMC

 

 

Dans la continuité de notre tour d’horizon des montres mythiques, nous nous arrêtons cette fois sur la Nautilus, de la référence 3700 dite « Jumbo » des années 70 à sa version actuelle, la 5711. Ce modèle identifiable entre tous a bouleversé les codes avec son allure avant-gardiste dans une époque en pleine mutation et qui voyait déjà se généraliser le quartz. En 34 ans d’existence, la Nautilus a su s’imposer comme un modèle intemporel, indémodable et toujours très actuel.

 

 

L’idée est de retracer l’évolution de la Nautilus et de sa cote à travers ses différentes références et variantes et de la positionner en tant que modèle de collection, une valeur refuge ou un nouveau placement.

 

A quoi fait référence l’appellation Nautilus ?

 

 

Le nom de ce modèle nous vient du monde aquatique et sous-marin. Le nautile est un mollusque des grandes profondeurs dont la carapace cloisonnée fait écho à l’étanchéité de la montre jusqu’à 120 mètres.  C’est également un hommage au célèbre sous marin du roman de Jules Verne « Vingt mille lieues sous les mers ». La forme même du boîtier de la montre et des charnières de la boîte ne sont pas sans rappeler les hublots de sa coque.

 

Dans quel contexte le modèle Nautilus est-il né ?  Et en quoi est-il novateur ?

 

 

La première Nautilus dite « Jumbo » (Ref. 3700/1A pour acier) apparaît en 1976. Elle est dessinée par Gerald Genta qui avait déjà créé la Royal Oak pour Audemars Piguet en 1972. Tout aussi étonnant pour l’époque, cette création Patek Philippe incarne parfaitement un nouveau style de vie alliant robustesse et élégance.

 

Le modèle est très novateur par sa forme originale dite « télévision » mais surtout par sa taille. La 3700 affiche un diamètre de 42 mm quand le goût était davantage aux petites montres. De plus, elle est en acier alors qu’une montre luxueuse se devait d’être en métal précieux. Mais surtout, vendue plus chère que beaucoup d’autres garde-temps en or.  

Patek Philippe en fera d’ailleurs un slogan « One of the world’s costliest watches is made of steel ». La Nautilus se définissait comme élégante et sportive, facile à porter en toutes circonstances « aussi bien en smoking qu’en combinaison de plongée », selon une publicité de l’époque.

 

Comment le modèle est-il devenu une montre mythique ?

 

 

Les collectionneurs de garde temps Patek Philippe ne s’enthousiasment pas à l’arrivée de ce modèle sportif,  étanche et résolument moderne. Il faudra attendre les années 80 et une nouvelle génération d’amateurs de montres pour que le succès soit au rendez vous.

Nous nous intéresserons ici à la toute première référence 3700/1A, la version acier produite de 1976 à 1990, considérée comme LE modèle de collection, introuvable car très peu produit. Et dont le cadran tramé et la couleur bleue inimitable sont désormais reconnaissables entre tous.

 

La référence 3700 a également vu le jour en version tout or jaune, en or gris, en or et acier ou encore en platine.

De 1981 à 2006 Patek Philippe produit la référence 3800 (37,5 mm) dite « taille medium », puis viendront de plus petits modèles encore, à quartz, à destination des femmes sous les références 4700 en 1980 et 3900 (middle size).

 

En 1998, la Jumbo est rééditée et sera produite jusqu’en 2006. Il s’agit de la référence 3710, un modèle plus atypique avec un cadran à chiffres romains, une réserve de marche et un cadran lisse.

 

En 2005, la Nautilus se dote de complications : phases de lune, calendrier à aiguille et réserve de marche. Il s’agit de la référence 3712, remplacée l’année suivante par la 5712.

Depuis 2006, l’ensemble de la gamme a été renouvelé pour commémorer les 30 ans d’existence de la Nautilus. Des versions or jaune, gris et rose sur bracelet cuir (respectivement 5711J, 5711G et  5711R), mais aussi avec des complications, la  référence  5712 et la référence 5980 avec chronographe, qui sont toujours au catalogue à ce jour.

 

La 3700 est donc devenue la 5711, elle se différencie en plusieurs points de la version originale. A retenir essentiellement, l’apparition de la seconde centrale et du fond saphir. La dernière innovation concerne le quantième annuel, référence 5726, produit en acier sur cuir.

En terme de placement, la Nautilus représente-t-elle une valeur sûre ? De quelle façon sa cote a-t-elle évoluée ?

 

 

 

Si l’on se réfère au prix neuf de la Nautilus 3700/1A à la fin des années 70 qui se situait autour de 15 000 FFrs, aujourd’hui c’est un modèle qui cote, en fonction de son état, entre 20 et 25 000 euros. Alors qu’à la fin des années 90 la production s’était arrêtée, 10 ans auparavant elle avait déjà acquis son statut de montre de collection puisque sa valeur se situait entre 35 et 45 000 FFrs (ce qui correspondrait aujourd’hui approximativement à un peu plus de 7 500 euros).

En terme d’investissement sur le long terme, la plus-value est donc impressionnante, environ 1000 FFrs par an. D’autres placements auraient été nettement moins rémunérateurs, sans compter le plaisir de porter cette montre au poignet !

 

Paradoxalement, la cote des 3700 en or jaune se situe entre 18 et 22 000 euros et celle des modèles or et acier, entre 8 et 12 000 euros. Preuve que la valeur d’une montre de collection ne se définit pas seulement par son matériau. C’est également une question de mode et aujourd’hui, l’acier, l’or gris ou le platine sont davantage prisés.

 

Quant à la Nautilus 5711, on observe une augmentation de 25% du prix du neuf en l'espace d'un an, passant de 16 630 € en 2010 à 20 210 € en  2011.

Le modèle, peu produit, étant souvent indisponible, un modèle d’occasion peut se négocier aussi cher, voire plus, que le prix du neuf.

Alors que les montres neuves subissent de facto une décote sur le marché de l’occasion, la Nautilus fait ainsi partie de ce cercle très fermé des montres ultra cotées à l’instar du Daytona Rolex.

 

 

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

19 février 2015 à 13:50

La Patek d'Andy Warhol

  Une fois de plus, notre ami belge Antoine Rauis de la célèbre boutique Le Collection'Heure a deniché une pièce d'exception ayant appartenu à Mr Andy Warhol.   Cette oeuvre d'art horlogère n'est autre que la Patek Philippe (cote Patek) Calendrier Perpétuel phase de lune (mouvement...

Lire la suite

10 octobre 2014 à 19:36

Supercomplication Henry Graves chez Sotheby's : la limite du raisonnable ?

  Le 11 novembre prochain, il n’y aura pas d’Armistice horlogère. Sotheby’s mettra en effet en vente à cette date l’une des plus grandes complications jamais réalisées, la Supercomplication Henry Graves.   La pièce a été produite en 1925 à l’attention spéciale du banquier...

Lire la suite

13 décembre 2013 à 18:16

Tajan : La vente aux enchères du 16 décembre 2013

La maison Tajan annonce, comme chaque année avant Noël, sa vente prestige de montres de collection, organisée par Claire Hofmann, spécialiste et Géraldine Richard, consultante, qui se tiendra le lundi 16 décembre 2013, à partir de 18h à l’Espace Tajan, au 37, rue des Mathurins, Paris...

Lire la suite

24 septembre 2013 à 19:48

Patek Philippe 5070P Chronograph

Attention collector ! Lancé en 1998 (2008 pour la version platine), le chronographe Patek Philippe 5070 fait partie de ces pièces que l’on peut d’ores et déjà considérer comme pièce de collection, et le fait  qu’elle fasse désormais partie de la collection du musée Patek Philippe ne...

Lire la suite

10 juin 2013 à 14:44

Christie's : L’enchère du siècle ?

Ce 11 juin, Christie’s New York va présenter à la vente la Patek Philippe Grande Complication n°97912 de Stephen S. Palmer. C’est probablement l’une des enchères les plus historiques de la manufacture. La pièce, estimée entre 1 et 1,5 millions de dollars est en or rose et comporte :...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

25 septembre 2015 à 18:00

Chantilly Arts & Elegance : retour en images sur le plus bel évènement de l'année

Si comme nous, vous avez passé une journée inoubliable le dimanche 6 septembre dernier à Chantilly, vous avez surement des souvenirs incroyables en tête... Pour les autres, nous vous avons préparé une sélection des plus belles oeuvres d'arts automobiles que nous avons croisé lors de...

Lire la suite

6 mars 2015 à 20:54

Radium : le prochain scandale éco-horloger ?

  Voilà  un débat bien singulier qui anime les environs de la Chaux-de-Fonds. Depuis quelques temps, les langues se délient et animent un débat que l’on aurait dit économique, que l’on qualifie plus volontiers aujourd’hui d’écologique. Son objet : la réparation de la pollution au...

Lire la suite

17 février 2015 à 20:34

Rencontre avec un collectionneur : la trouvaille d’une Rolex Daytona 6263

  Il est encore possible aujourd’hui de trouver au gré du hasard ce modèle emblématique tant recherché, sans obligatoirement passer par les grandes maisons de ventes aux enchères ou les marchands spécialisés.   Bonjour Emmanuel, peux tu te présenter ?   Je suis un amateur de montres...

Lire la suite

11 décembre 2014 à 15:52

Rolex Submariner meeting à Genève

  Nous avons eu la chance de pouvoir réunir sur un plateau une sélection exceptionnelle de Rolex Submariner lors de la vente Christie's en novembre dernier.   Antoine Rauis "Le Collection'Heure" que l’on ne présente plus, revient sur chaque modèle en détails, expliquant leurs...

Lire la suite

24 octobre 2014 à 19:53

Only Panerai : La vente Panerai by Artcurial

  Artcurial réalisera une vente Panerai le 8 décembre à Paris. Une nuit de folie en perspective pour des pièces historiques provenant pour beaucoup de France. Et une étape décisive dans l’ascension d’Artcurial. Olivier Müller Ce sera l’une des plus importantes ventes aux enchères...

Lire la suite