Baume & Mercier Capeland Shelby Cobra

La marque réitère son partenariat avec les Cobra de Caroll Shelby. Cette association auto/tocante donne encore naissance à une chouette montre, mais à des kilomètres de l’ADN de Baume & Mercier. Alors, nouvelle direction maîtrisée ou conduite en plein brouillard ?

Nicolas Dembreville

 

Historiquement, Baume & Mercier a toujours été la marque “des grands moments de l’existence”. La montre qu’on offrait à un ado pour son Bac ou pour célébrer des fiançailles ou un mariage… Et puis Baume s’est un peu perdue. Après un bref passage du côté du “Seaside Living”, et des Hamptons, qui transposé à nos rivages donne le “style Dinard/île de Ré”, Baume se recentre sur son ADN : les grandes célébrations de la vie. La marque a présenté l’an passé une campagne shootée par Peter Lindbergh allant dans ce sens. Du coup, ces Capeland Shelby qui font suite au deux premiers modèles de la série lancés en 2015, apparaissent un brin saugrenues. 

La Capeland Shelby Cobra au poignet

Vroom !

Pour bien comprendre, revenons sur Caroll Shelby et ses Cobra auxquelles se réfèrent la nouvelle montre. Ce texan haut en couleur, connaît le succès en tant que pilote dans les années 50. Il bat de nombreux records de vitesse. Par la suite, il se reconvertit non sans succès dans la préparation et la construction de voitures de course. On lui doit notamment l’idée de transformer un élégant mais placide roadster anglais, le AC Ace en tonitruant bolide de course : l’AC Cobra érigé au rang de mythe automobile. Pour réussir l’opération, ce bidouilleur de génie remplace la placide mécanique d’origine par un monstrueux V8 américain bourré de testostérone et glougloutant à rendre sourd. La variante ultime étant l’AC Cobra 427, produite à 343 exemplaires de 1965 à 67 et dont l’énorme V8 de 7 litres développe 410 ch. L’engin est si puissant qu’il faut un immense talent au pilote pour rester sur la piste. La douce Baume & Mercier a donc choisi de s’associer avec cette “brute automobile”. Cela peut paraître curieux… Pourtant, ce partenariat a fait du bien à la marque qui “vivotait un peu” en proposant des produits proprets et pour tout dire parfois franchement insipides. Si la cohérence historique est mise à mal, l’intérêt du public en sort revigoré. C’est un peu comme si la “Belle au bois dormant Baume” se réveillait après une longue période de somnolence. Mieux, elle se réveille et enfile le survêt ou plus encore la combinaison, le casque et les gants pour aller tourner sur un circuit. 

Abdos-fessiers

Les montres Capeland Shelby sont en effet de très beaux spécimens de chronographes sportifs. Pas étonnant que cette première série ait remporté un franc succès, l’an passé. Toujours cela de pris ! Ils ont de plus, permis de rajeunir la clientèle et l’image de la marque, l’un des objectifs recherchés, semble-t-il. Du coup, Baume & Mercier aurait eu tort de ne pas réitérer l’expérience, même si au passage, la cohérence historique prend un peu de plomb dans les aiguilles... Ce sont donc deux nouveaux chronographes : la Capeland Shelby Cobra 1963 et la Capeland Shelby Cobra 1963 Compétition, qui ont été lancées en janvier au SIHH. Des variantes encore plus sportives et viriles. Nous sommes en face de vraies montres de pilotes. Cette fois, l’acier recouvre les deux boitiers de bonne taille (44mm) qui abrite un efficace mouvement ETA 7753 (au lieu du La Joux-Perret équipant les versions 2015). Les cornes et carrures de la version Compétition se parant d’un revêtement d’ADLC. Le cadran arbore cette fois un très masculin noir en lieu et place de l’élégant bleu de l’an passé. Les bandes striant le cadran sont cette fois-ci horizontales. Elles rappellent celles qui parcourent la carrosserie des Cobra (souvent blanches) de la calandre au coffre arrière, en passant par le capot avant. Enfin, le rouge des indications est remplacé par un jaune vif que l’on retrouve souvent dans l’univers de la course automobile. Cette année, il habille l’échelle tachymétrique, et les aiguilles du chronographe ainsi que la doublure en veau caoutchoutée du bracelet alligator qui rappelle un pneu. La seconde version Compétition a droit à un bracelet caoutchouc noir plus sobre, juste rehaussé par une touche de ce jaune sur le passant. 

Une équipe qui gagne

Baume a repris une bonne part des détails forts de la précédente série. Ainsi, on retrouve la tête de cobra sur l’aiguille des secondes du chronographe, ou encore les aiguilles des heures et des minutes dont la forme évoque les branches d’un volant de voitures de sport. Celles-ci reçoivent un revêtement Luminova, qui de nuit, donne au cadran l’aspect d’un tableau de bord rétro-éclairé d’automobile. La typographie des chiffres apparaît vintage à souhait, notamment le 5 et le 2 très arrondis qui rappellent les cadrans des Rolex Daytona Paul Newman. Enfin, par le verre du fond l’on assiste à la course de la masse oscillante en PVD noire qui suggère la rotation d’une roue. Les deux modèles sont édités à 1963 exemplaires en hommage à l’année de la première victoire de la Cobra. Reste que si ces montres sont a priori promises à une belle carrière commerciale, la cohérence de leur positionnement demeure sujette à caution. Le risque étant une nouvelle fois de perdre Baume & Mercier dans les méandres d’une politique marketing un brin embrouillée.

Tarifs :

- Capeland Shelby Cobra 1963 :  4 100 euros

- Capeland Shelby Cobra 1963 Compétition :  4 400 euros

On aime :

- Le jaune bien lisible des aiguilles et du tachymètre

- Le graphisme des chiffres très seventies

- L’alliance acier/ADLC noir, sur la variante Compétition

- Les poussoirs “façon pistons”

 

On n’aime moins :

- Les tarifs élevés

- La faible cohérence AC Cobra / Baume & Mercier

- Les changements de caps incessants de Baume

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

Baume & Mercier mordue par un Cobra

L’anneau de vitesse de Montlhéry n’est pas vraiment le lieu où l’on s’attend à être convié pour Baume & Mercier. La marque suisse, positionnée principalement entre 2000 et 5000 euros, conçoit des modèles traditionnels à destination des primo-acquéreurs, de ceux qui veulent...

Lire la suite

28 janvier 2015 à 19:52

SIHH 2015 : Très sage Baume & Mercier

  Baume & Mercier s’offre un nouveau SIHH à la mesure des précédents : sans surprise. Si l’édition 2014 avait présenté un tourbillon qui, comme le souligne lui-même le CEO de la maison Alain Zimmermann, « a fait couler beaucoup d’encre », le millésime 2015 retombe dans sa...

Lire la suite

Salon Les Montres

  Cette 11ème édition réunit 15 des plus belles marques horlogères de luxe, A. Lange & Söhne, Breitling, Baume et Mercier, Bell & Ross, BRM, Chanel, Hermès, Jaeger-LeCoultre, Panerai, Hublot, Pequignet, Poiray, Tag Heuer ainsi que le fabricant de bracelets de montre Bouveret.   Les...

Lire la suite

Montres de luxe pour femmes

  L’horlogerie féminine gagne du terrain. Pourquoi ? Deux raisons possibles : soit les femmes cultivent un goût croissant pour la belle horlogerie...soit les marques daignent enfin leur adresser une offre décente !   C’est probablement la seconde option qui s’affirme aujourd’hui....

Lire la suite

14 novembre 2013 à 19:34

Baume & Mercier Clifton : Le cru 2014

Baume & Mercier (groupe Richemont) commence progressivement à dévoiler ses nouveautés 2014. Le SIHH, Salon International de la Haute Horlogerie, n’aura lieu qu’en janvier, mais pourquoi ne pas donner de bonnes idées de cadeaux de fin d’année ?   Première salve : les Clifton....

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

10 février 2017 à 19:26

Breguet Type XX1 ref 3817 : Néo-vintage !

Modèle iconique de Breguet et véritable emblème dans le domaine de l’aviation civil et militaire, le Type XX est une institution à lui seul. Commandé successivement par l’armée de l’Air et l’Aéronautique navale françaises jusqu’au début des années 80, ce n’est pas seulement...

Lire la suite

22 novembre 2016 à 00:16

G-Shock : la story et la nouvelle MRG

Casio : la G-Shock story ! A l’aube des années 80 pour les jeunes c’est plus le même deal pour celui qui traîne dans la rue ou pour celui qui travaille sur un chantier… (Suprême intro) L’homme moderne qui veut porter sa montre en toutes conditions n’a pas vraiment l’embarras du...

Lire la suite

21/06 : Vente de Montres de collection chez Tajan

Le 21 juin 2016, la Maison Tajan dispersera à Paris 150 montres de collection lors de sa vente aux enchères d’été. Parmi elles, notons le lot qui figure en couverture (n° 109) : un Cosmograph Daytona en or jaune, estimé en prix de départ à 50.000 euros.

Lire la suite

Parmigiani dans la course !

La manufacture appartenant au groupe Sandoz soutient la course Cancer Research UK Boat Races sur la Tamise. Ce monument londonien oppose deux grandes universités de la capitale anglaise par bateaux d’aviron interposés, depuis près de deux siècles.    Nicolas Dembreville   Londres, gare de...

Lire la suite

Les tendances du SIHH 2016

En janvier à Genève, Le SIHH (Salon International de la Haute Horlogerie) ouvre les “hostilités” de l’année horlogère. Les grandes nouveautés des manufactures du groupe Richemont y sont dévoilées. Nicolas Dembreville   Comme les Protestants se sont séparés des Catholiques au...

Lire la suite