Richard Mille Coup de cœur

7 janvier 2016 à 16:06

RM 67-01 : une Richard Mille régime minceur

C’est la première fois que l’horloger contemporain Richard Mille, “se frotte” à la montre extraplate. L’élégante RM 67-01, aussi filiforme qu’un Top Model, fait souffler un vent de modernité sur cette catégorie plutôt “tradi”.

Nicolas Dembreville

 

En général, les montres extraplates font dans le classicisme bon teint. Ces pièces optent souvent pour des boîtiers ronds, des cadrans dépouillés, des mécanismes deux aiguilles et s’habillent d’un style discret, un brin austère. Bref avec elles, c’est la tradition plutôt que la révolution. La Richard Mille RM 67-01, que l’horloger aux montres hautes voltiges (on parle d’un panier moyen frôlant les 150 000 euros) emprunte une toute autre voie. L’élégante, aussi plate qu’un court de tennis, revêt des habits fort modernes, respectant en cela l’ADN maison. En revanche, elle troque l’esthétique sportive à la sauce high-tech habituelle, pour des lignes épurées plus “habillées”. Maints détails la raccrochent cependant au style RM, comme la couronne en forme d’obus, les vis apparentes à 5 branches pour arrimer la lunette, ou encore les index au graphisme familier. Ces derniers sont désormais recouverts de super-Luminova. Quoi qu’il en soit esthétiquement parlant, aucun doute possible, cette montre est bien une Richard Mille

Gros plan sur la RM 67-01

Complexité et avant-gardisme

Sur la RM 67-01, les ingénieurs des Breuleux en Suisse, se sont confrontés à plusieurs difficultés techniques. Ils suivent en cela la coutume selon laquelle “Richard Mille ne choisit jamais la voie de la facilité”. Ils ont opté en effet, pour la forme tonneau et le mécanisme squelette, alors que chacun sait que ces deux orientations ne se prêtent guère à l’exercice de la montre extraplate. Ils ont en plus cherché à donner au mécanisme, là-aussi vieille tradition maison, une impression de profondeur. Une vraie gageure sur un modèle qui affiche une épaisseur de 7,75 mm seulement, soit à peu de chose près celle d'un iphone 6S ! Du coup, ce modèle s’avère d’une grande complexité de construction. Il a fallu ainsi 145 heures pour élaborer la méthodologie de réalisation de cette RM. Alors que les outils pour sa fabrication ont requis quant à eux, 130 heures de développement et leur mise en œuvre 180 heures supplémentaires. Pièce de choix, le boîtier de 47x39 mm en titane Grade 5, à la finesse inaccoutumée, impose un usinage très précis et donc chronophage. Le réglage des machines destinées à sa confection notamment, nécessite 8 jours d’ajustement pour la lunette, 5 pour la carrure et 5 autres pour la lunette arrière. Ce boîtier filiforme réclame en outre, d’importantes phases de brossage et de polissage manuelles. Le montage enfin, prend à lui seul 8 heures de travail. Le tarif qui sera certainement très élevé, on parle de plus de 200 000 euros, n’apparait pas si aberrant que cela. Il est juste la conséquence de cette complexité technique. 

 Mouvement de la RM 67-01

Ballet horloger

C’est le CRMA6, un nouveau calibre automatique développé aux Breuleux, qui entraine cette exceptionnelle Richard Mille. Avec ses 3,6 mm d’épaisseur, il a été conçu spécialement pour motoriser ce modèle extraplat. Les platine et ponts s’habillent de titane Grade 5 et le rotor de platine. Sophistiqué donc ! Pourtant chez Richard Mille, les prouesses techniques ne font pas oublier l’aspect pratique. Ainsi, l’ingénieux système de rappel de fonction qui s’affiche au cadran, permet de visualiser instantanément quel mode est engagé. Très pratique, son aiguille placée entre 2 et 3 heures, pointe le W en mode remontage (Winding), le H pour le réglage de l’heure (hand setting) et le D pour la date. L’indicateur se déplace en tirant sur la couronne. Plus bas à 5 heures, la date s’installe quant à elle, dans une fenêtre verticale. Enfin, il aurait été dommage de priver le propriétaire de la vue sur un mécanisme aussi exceptionnel. Richard Mille l’a bien compris et gratifie comme pour la majeure partie de sa gamme d’un gros travail de squelettage. Le fond de la boîte s’équipe aussi d’un large verre saphir. Ces deux “fenêtres” permettent d’assister au délicat travail des petites pièces et minuscules rouages, qui livrent un lilliputien ballet horloger contemporain…. 

 

On aime :

- L’élégance très contemporaine

- L’ADN Richard Mille respecté

- L’impression de profondeur conservée malgré la finesse générale

- Le choix du boîtier tonneau, rare en extraplat

- L’indicateur de fonction sur le cadran très pratique (mode remontage, réglage de l’heure ou de la date)

 

On n'aime moins :

- Le tarif estimé… Même s’il revêt une part de légitimité

- Certaines indications du cadran peu lisibles

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

6 mars 2017 à 17:45

Au poignet : l'incroyable RM 50-03 McLaren F1

Présentée lors du SIHH 2017, la RM 50-03 McLaren F1 est une fois de plus un concentré de ce qui se fait de plus technique dans le monde de l’horlogerie allié cette fois-ci avec le pape de la formule 1, Mc Laren. McLaren F1 + Richard Mille = l’équation évidente ! Première expression...

Lire la suite

10 mars 2016 à 20:12

Décollage immédiat avec la Richard Mille RM 50-02

La RM 50-02 en forme de hublot d’Airbus, invite à un petit voyage dans les airs. Elle propulse celui qui la contemple au milieu des stratus et des cumulo-nimbus. Avec cette montre, Richard Mille prouve une nouvelle fois son incroyable créativité et sa capacité à se renouveler sans...

Lire la suite

18 septembre 2015 à 12:37

2015 : année érotique pour Richard Mille !

Richard Mille fait une nouvelle fois parler de lui ! Cette fois-ci, le spécialiste de la haute voltige horlogère nous présente sa montre dite « coquine », la RM69 Tourbillon Érotique. Un nom soigneusement choisi et fait référence à la production de montres érotiques existantes depuis...

Lire la suite

5 septembre 2015 à 21:05

Chantilly Arts & Elegance Richard Mille 2015

Après un succès sans précédent, c’est avec grande impatience que nous attendions l’édition 2015 de l’événement dédié à l’élégance et l’automobile, Chantilly Arts & Elégance Richard Mille. Ce dimanche 6 septembre sera la journée de la rencontre entre concours automobile,...

Lire la suite

Piaget et Richard Mille se refont une beauté : la leçon comparative

Deux écoles, deux approches pour deux poids lourds très différents de l’industrie horlogère : Piaget et Richard Mille. Coup sur coup, les deux enseignes ont renouvelé leurs boutiques parisiennes. Elles incarnent chacune deux approches très différentes de l’horlogerie, l’une très...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

9 décembre 2016 à 20:02

G-SHOCK Part 2 : laissez passer les professionnels !

Air / Mer / Terre : Trio c’est 3 fois plus Casio … La marque nippone ne se contente pas uniquement de concevoir des montres solides pour le bonheur des cascadeurs urbains. Au  même titre que la plus célèbre des marques horlogères suisse au cours des années 50, 60, 70 qui va mettre au...

Lire la suite

21 mars 2016 à 12:47

Rolex Cosmograph Daytona ref 116500LN : le cru 2016

Petit retour en arrière,  Baselworld 2013 : les passionnés de Rolex du monde entier attendent impatiemment LE nouveau Daytona qui doit célébrer les 40 ans (1963-2013) de la montre la plus iconique de la marque à la couronne. Malheureusement rien ne se passe concernant le modèle en acier,...

Lire la suite

2 mars 2016 à 19:57

La déferlante Overseas de Vacheron Constantin

Vacheron Constantin a frappé fort en lançant une gamme de cinq nouvelles Overseas très réussies. Cette vedette a été encensée par le petit monde horloger lors du dernier salon SIHH. Cela prouve qu’on peut être une respectable manufacture pluri-centenaire et concevoir de belles montres...

Lire la suite

15 janvier 2016 à 13:18

Parmigiani Fleurier Tonda 1950 tourbillon : tradition contemporaine

L’horlogerie semble compliquée de loin ; et pourtant, on peut résumer l’acte d’achat à un mot : l’esthétique. Une esthétique réussit, c’est un mélange de tradition et d’éléments plus moderne. Dans l’article suivant, nous allons vous expliquer pourquoi la Parmigiani Fleurier...

Lire la suite

22 décembre 2015 à 14:04

Tudor Black Bay Black : Retro mais pas trop !

Tudor révèle une belle variante noire de sa montre de plongée Heritage Black Bay. Un modèle typé vintage mais pas nostalgique pour autant. Cette BBB se voit auréolée du prix stratosphérique remporté par l’Heritage Black Bay One, à la dernière vente aux enchères Only Watch. Nicolas...

Lire la suite