Chopard Coup de cœur

2 janvier 2015 à 13:02

Le succès Chopard face à son avenir

 

Chopard est déjà manufacture. Elle adresse déjà les hommes comme les femmes. Elle créée aussi bien de la joaillerie que de l'horlogerie. La marque est déjà présente sur des premières gammes à quartz comme sur de la haute horlogerie. Chopard a ses propres points de vente et est déjà quadruple certifiée (COSC, Poinçon de Genève, Label Qualité Fleurier, Fairmined). Que peut-on réellement attendre de plus de la manufacture ? Le Guide des Montres s’est rendu à Fleurier et à Genève, bastions historiques de la maison, pour faire le point. 

 

 Ci-dessus, Chopard L.U.C. Lunar Big Date

 

 

Valoriser toutes les collections à parts égales

 

En tout juste 20 ans, l'effet L.U.C. a été pleinement atteint, l'excellence de ces collections manufacture s'est imposée sur le marché. Trop, peut-être : qui connaît les Classic Racing ? L’Impériale ? Seules les Mille Miglia, qui font justement partie de la famille des Classic Racing, ont réussi à se tailler une place au soleil, mais pour des raisons essentiellement marketing. Chopard les actualise en permanence, elles s'appuient sur un évènement externe (la course du même nom) et, surtout, elles sont portées à bout de bras par Karl-Friedrich Scheufele lui-même, directeur général de la maison, grand amateur de course auto et grand collectionneur.

 

D’ailleurs, l’homme ne cache pas son faible pour « sa » Mille Miglia : la collection 2015 aura l’honneur d’un calibre maison, réalisé dans la manufacture intégrée de la maison, Fleurier Ebauches SA. Ce qui mettra encore un peu plus dans l’ombre les autres références ?

 

 

Plaire aux femmes comme aux hommes

 

Ensuite, reste le progressif mais lent rééquilibrage des ventes. L'horlo-joaillier Chopard réalise actuellement 65% de son chiffre côté dames. Selon Karl-Friedrich Scheufele, « l’on pourra probablement atteindre un ratio de 40% hommes pour 60% femmes, mais pas au-delà ». Entre les lignes, on saisit donc que le poids de la montre femme restera toujours prépondérant chez Chopard. Et que, quoi qu’il advienne, l’objectif du CEO n’est pas de bouleverser ce lucratif business models. Aujourd’hui comme hier, la montre Chopard pour homme jouera la gamme de la valeur, et non du volume.

 

Côté dames, tout l’enjeu de Chopard sera de savoir actualiser ses collections horlogères. Actuellement, elles reposent presque intégralement, à une base estimée à près de 60 000 unités par an, sur des mouvements externes à quartz. Or, année après année, la tendance à l’horlogerie féminine compliquée s’enracine : phase de Lune, quantièmes, voire complications poétiques. Van Cleef & Arpels l’a prouvé. Christophe Claret l’a confirmé au dernier Grand Prix à Genève, en remportant tous les suffrages avec sa Margot. Que va prévoir Chopard pour y tenir sa place ?

 

 

Une manufacture en avance sur son temps

 

Enfin, Chopard devra développer son engagement sur la scène horlogère. La maison était par exemple à la fondation du label Qualité Fleurier, probablement la série de tests la plus impitoyable du marché, bien au-delà des COSC et Poinçon de Genève cumulés. Et bien peu l’y ont suivi. A tel point qu’en dehors des quatre maisons du premier jour, aucune autre marque n’a osé s’aventurer dans ce laboratoire de torture horlogère. La volonté de Chopard de relever le niveau général de qualité horlogère est louable. Mais que vaut cette volonté si elle n’est pas partagée ?

 

Il en va de même pour ses pièces labellisées Fairmined. Le principe : garantir que l’or présent dans ces garde-temps a été extrait et travaillé suivant des principes équitables. L’industrie horlogère freine autant que possible ce type de démarche, la sacrifiant sur l’autel du Retour sur investissement. A quoi bon offrir ce que personne ne demande ? Au nom, répond Chopard, du principe de faire toujours mieux, et d’assurer sa responsabilité en tant que manufacture. 

 

 Ci-dessus, le mouvement micro-rotor de la Chopard L.U.C. Lunar Big Date

 

 

Les observateurs avertis feront le parallèle avec Baselworld 2014 : un commando militant y avait déployé, devant le Hall 1, une gigantesque bannière dénonçant l’or sale, ses ravages économiques et environnementaux. Tous les exposants avaient pudiquement détourné le regard. Tous, sauf Chopard, la seule qui n’avait pas à rougir, pour avoir saisi à bras le corps cette épineuse problématique, supposée incompatible avec les valeurs du luxe. Chopard, seule, a compris qu’il n’y avait aucun antagonisme, et même une urgente nécessité. Espérons que Baselworld 2015 se montre à sa hauteur.

 

Olivier Müller

 

 Ci-dessus Chopard Chronographe Grand Prix de Monaco Historique 2014

 

 Ci-dessus, Chopard L.U.C. Qualité Fleurier au poignet

 

Karl Friedrich Scheufele 

 

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

9 avril 2015 à 17:43

Chopard : impériale manufacture

  Crise ou pas crise, Chopard avance. A pas modérés, progressifs, mais assurés. La manufacture déploie des collections à la fois sportives et élégantes à destination d’un public averti.   Sportissimo !   Dans le premier segment, incarné par la collection Mille Miglia, Chopard...

Lire la suite

18 août 2014 à 15:46

Chopard Fairmined : les enjeux d’une cause

  L'initiative fut quelque peu noyée sous un torrent de nouveautés produits. Pourtant, des initiatives dites "corporate", Baselworld n'en réservait que peu, voire pas. L'annonce de Chopard avait donc, en théorie, toutes les chances de faire grand bruit. Il n'en fut rien. Pourquoi ? Parce...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

22 mars 2018 à 16:12

Tudor Black Bay Fifty-Eight : la meilleure des Black Bay ?

Voici un de nos coups de cœur Basleworld 2018, la Black Bay Fifty-Eight (référence M79030N-002) pour une raison simple, ses proportions ! Outre le fait qu’elle se rapproche beaucoup de la Submariner référence 7924 gros remontoir (aka Big Crown), ce qui est déjà une excellente nouvelle,...

Lire la suite

6 mars 2017 à 17:45

Au poignet : l'incroyable RM 50-03 McLaren F1

Présentée lors du SIHH 2017, la RM 50-03 McLaren F1 est une fois de plus un concentré de ce qui se fait de plus technique dans le monde de l’horlogerie allié cette fois-ci avec le pape de la formule 1, Mc Laren. McLaren F1 + Richard Mille = l’équation évidente ! Première expression...

Lire la suite

9 décembre 2016 à 20:02

G-SHOCK Part 2 : laissez passer les professionnels !

Air / Mer / Terre : Trio c’est 3 fois plus Casio … La marque nippone ne se contente pas uniquement de concevoir des montres solides pour le bonheur des cascadeurs urbains. Au  même titre que la plus célèbre des marques horlogères suisse au cours des années 50, 60, 70 qui va mettre au...

Lire la suite

21 mars 2016 à 12:47

Rolex Cosmograph Daytona ref 116500LN : le cru 2016

Petit retour en arrière,  Baselworld 2013 : les passionnés de Rolex du monde entier attendent impatiemment LE nouveau Daytona qui doit célébrer les 40 ans (1963-2013) de la montre la plus iconique de la marque à la couronne. Malheureusement rien ne se passe concernant le modèle en acier,...

Lire la suite

10 mars 2016 à 20:12

Décollage immédiat avec la Richard Mille RM 50-02

La RM 50-02 en forme de hublot d’Airbus, invite à un petit voyage dans les airs. Elle propulse celui qui la contemple au milieu des stratus et des cumulo-nimbus. Avec cette montre, Richard Mille prouve une nouvelle fois son incroyable créativité et sa capacité à se renouveler sans...

Lire la suite