Omega A voir

9 août 2014 à 12:23

Pour tout connaître (ou presque) sur la Speedmaster

 

Même si vous n’avez pas prévu de vous rendre sur la Lune cet été, il n’y a pas de mal à réviser ses classiques, ceux de la montre qui, elle, y est allée : l’Omega Speedmaster.

 

Certes, tout ou presque a été dit et écrit sur ce mythique chronographe et son histoire spatiale. Pourtant, Omega consacre actuellement à la pièce, en sa boutique de Paris Rive Gauche, une intéressante rétrospective qui donne un éclairage nouveau sur cette épopée. Les ‘die hard fans’ n’apprendront peut-être rien, mais le curieux aura plaisir à se plonger dans une foule d’anecdotes historiques.

 

Débuts terrestres

Davantage conçue pour le plancher des vaches que pour les envolées spatiales, la Speedmaster originelle, référence CK 2915 (photo ci-dessus) s’adressait aux amateurs de  voitures  et pilotes de course. Son échelle tachymétrique, placée à l’extérieur du cadran et du verre plexi pour s’intégrer au boîtier, marquait déjà son originalité. 

 

 

L’année 1959 a vu la présentation d’une nouvelle version de la Speedmaster : le modèle CK 2998 (photo ci-dessus). Les aiguilles originelles furent remplacées par des aiguilles Alpha. La CK 2998 fut sélectionnée en 1962 par les astronautes du programme Mercury. L’un d’eux l’utilisa pendant la mission Mercury-Atlas 8 (Sigma 7), faisant de celle-ci la première Speedmaster jamais portée dans l’espace, deux ans avant les fameux tests qui firent de la Speedmaster la montre officielle de la NASA pour toutes ses missions habitées.

 

 

D’un calibre à l’autre

La gamme Speedmaster connut un tournant décisif avec son développement suivant. Présentée en 1963 et animée par le calibre 321 (roue à colonnes) à remontage manuel, la ST 105.003 (photo ci-dessus) est le modèle exact qui fut livré et testé par la NASA. Honorant une commande de chronographes passée en octobre 1964, le représentant d’Omega pour l’Amérique du Nord livra à la NASA le nombre de Speedmaster ST 105.003 souhaité, sans savoir exactement quelle serait leur utilisation et sans en informer le siège en Suisse. Après ces tests, la montre fut définitivement adoptée par les astronautes. 

 

 

En 1967, Omega édita une version redessinée, la ST 145.012 (photo ci-dessus). Ce modèle fut le dernier à héberger le calibre 321 à roue à colonnes, éprouvé lors des six alunissages, jusqu’au dernier réalisé au cours de la mission Apollo 17

 

 

La référence ST 145.022 (photo ci-dessus) prit sa suite et avec lui le calibre Omega 861, qui perd la roue à colonnesa au passage, successeur du 321. Régulièrement optimisé au fil des ans, le calibre 861 est toujours au cœur de la Speedmaster Moonwatch.

 

 

Invitée de Mark

En 1969, Omega lance la sixième grande étape de la vie de sa Speedmaster, la Mark II (photo ci-dessus) en référence à la deuxième génération de chronographes Speedmaster à remontage manuel. Sa ligne très seventies, que l’on retrouvera dans l’approche de la Bullhead, avait été pensée au départ pour de nouvelles missions lunaires extra-véhiculaires. Le projet ne connut pas mais cette réalité mais les dessins furent conservés pour des modèles ultérieurs à boîtiers dits ‘Pilot Line’. 

 

 

La Speedmaster 125 fut créée en 1973 pour célébrer le 125e anniversaire de la marque, en 1848. On y trouve le chiffre 125 poli appliqué sur le cadran noir. Ce modèle avait également pour particularité d’être animé par le calibre 1041, premier mouvement de chronographe automatique officiellement certifié chronomètre. Limité à 2000 exemplaires, il constitue aujourd’hui une pièce convoitée par les collectionneurs.

 

 

 

Double coeur

En 1998, le mécanique se marie à l’électronique. La voie avait déjà été ouverte par plusieurs marques, dont Breitling, qui y voyaient une valeur ajoutée évidente pour des applications professionnelles. Le X-33 n’a pas été élevé au même rang d’icône que ses confrères mais reste, pour le grand public, le chrono qu’arboraient les astronautes de la célèbre station MIR

 

 

2013 marque un dernier tournant technique décisif : les Speedmaster 57 sont animées par un calibre Omega Co-Axial 9300/9301, le premier des mouvements de manufacture Omega Co-Axial à spiral silicium à incorporer une fonction chronographe. Elle confirmera le choix esthétique des compteurs à 9h et 3h et de la date à 6h, que l’on retrouve notamment sur les dernières créations de la marque, comme la « Dark Side of the Moon ».

 

Olivier Müller

Visuels © Omega

 

Pour les accrocs aux Speedmaster, notez que la bible s'appelle Moonwatch Only. Elle est commandable en ligne directement sur le site www.moonwatchonly.com   

 

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

20 avril 2015 à 19:00

Speedmaster et Constellation : les nouveautés Omega

C’est le grand retour de la gamme Constellation chez Omega. Avec un nouveau modèle Globemaster de 39 mm, la marque du Swatch Group remet à l’honneur une édition créée en 1957. La pièce est éminemment fidèle à son apparence d’époque côté cadran, mais au sommet de la technologie par...

Lire la suite

17 janvier 2015 à 15:10

Omega créée sa certification antimagnétique sur mesure

Omega bouge, donc le Swatch Group bouge. Et quand le Swatch Group bouge, c’est nécessairement toute l’industrie horlogère qui entre en mouvement.   Lors d’une intervention à Genève ce mardi 9 décembre, Nick Hayek, aux côtés de Stephen Urquhart, dirigeant d’Omega, ont conjointement...

Lire la suite

Applications horlogères : les meilleures apps...et les pires

  L’horlogerie connectée, vous connaissez ? Ainsi se nomme l’univers en forte expansion des applications horlogères sur mobiles. De belles créations ont vu le jour, mais la marge de progrès reste forte. Cela n’en reste pas moins le meilleur moyen de réviser ses classiques horlogers à...

Lire la suite

Spécial été : Le Guide des Montres de plongée

  L’été est bel et bien arrivé, et avec lui, les départs en vacances, les afterwork sur les terrasses ensoleillées, le farniente au bord des piscines, des séances de plongées dans les îles… Pour toutes ces activités estivales, les montres de plongée sont les garde temps à...

Lire la suite

7 mai 2014 à 19:45

Omega : des vertus de la prudence

Historique, technique, on retrouve chez Omega les recettes qui ont fait son succès. Hormis une Speedmaster en série limitée, la marque a joué la prudence, voire la retenue, comme d’ailleurs la plupart de ses confrères. Peu d’audace, pas de risque, mais la valorisation d’une compétence...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

2 décembre 2017 à 15:51

Les dessous de la création de la Royal Oak !

Etant un fervent admirateur de la Royal Oak, 1ère génération (ref 5402), j’ai souhaité partager avec vous cet excellent article très documenté de Gregory Pons qui évoque pour la première fois les prémices de la création de ce modèle mythique, sujet très peu évoqué sous cet...

Lire la suite

1 octobre 2015 à 11:19

La Vacheron Constantin American 1921 en détails

Après la Toledo 1951 et le Chronomètre Royal 1907, la Vacheron Constantin American 1921 (réf.82035/000R-9359 ici présentée) est la troisième référence à intégrer la Collection Historique relancée en 2005 par Vacheron Constantin. Cette collection a pour particularité de proposer des...

Lire la suite

14 juillet 2015 à 19:33

Breitling : 130 ans en 12 dates clés

Breitling a fêté cette année ses 130 ans. La marque au B ailé a présenté un certain nombre de pièces majeures, notamment celles marquant les 30 ans de la renaissance de son Chronomat. Le Guide des Montres vous propose un aperçu des grandes dates qui ont marqué l’histoire de Breitling....

Lire la suite

11 juin 2015 à 21:43

Mariage, fiançailles : les montres du jour J

Mai, juin, juillet : premières lueurs estivales, mais aussi mois d’unions par excellence. Que vous fassiez le grand saut du mariage, des fiançailles, ou que vous assistiez l’un de vos proches dans cet événement d’une vie, la montre reste un symbole fort. Gage d’amitié, d’amour,...

Lire la suite

23 mai 2015 à 17:36

Richard Mille RM 011 Yellow Flash

C’est l’été, l’on ose – enfin – les couleurs plus vives au poignet. Comme chaque année, le bleu, le orange et le jaune sont à l’honneur. L’indépendante Urwerk avait déjà ouvert le feu à Baselworld il y a quelques semaines avec son UR-105 TA, justement déclinée en jaune et...

Lire la suite