Richard Mille Coup de cœur

15 juillet 2014 à 12:50

Richard Mille en suspension à Hong-Kong

 

Jusqu’où ira Richard Mille ? Géographiquement, jusqu’à Hong Kong. L’horloger a de nouveau pris rendez-vous pour s’y présenter à partir du 29 septembre lors de la seconde édition de Watches & Wonders. Le salon parrainé par la Fondation de la Haute Horlogerie semble donc progressivement trouver ses marques en Asie. Deux ans, c’est bien tôt pour parier sur son avenir, mais le nombre d’exclusivité qui lui est réservé chaque année permet de mesurer l’intérêt que les professionnels y portent.

 

Techniquement, Richard Mille ira...jusqu’où il pourra ! La saga de ses RM 56 le montre. Il y a trois ans, la marque avait marqué les esprits en usinant un boîtier entièrement en saphir pour y loger son calibre maison, et non des moindres : un chronographe à rattrapante tourbillon. Plus tard, la RM 56-01 allait poursuivre l’exercice en offrant non plus seulement une boîte mais également des composants en saphir, comme la platine, les ponts de centre et la roue de petite moyenne.

 

Aujourd’hui, pour aller encore plus loin, Richard Mille est allé puiser son inspiration sur un autre de ses calibres emblématiques, le RM 027-01, qui n’est autre que le célèbre modèle Rafael Nadal. La dernière mouture de ce garde-temps voyait son mouvement suspendu dans le vide, fixé grâce à des câbles. C’est l’alliance de ce procédé avec la transparence de la RM 56 d’origine qui a donné vie à une nouvelle version de celle-ci : la RM 56-02.

 

Nudité flottante

On retrouve ainsi le procédé de suspension par lequel la platine en titane est suspendue au cœur du boîtier en saphir par un câble tressé de 0,35 mm d’épaisseur. Ce dernier est maintenu par un système de quatre poulies fixées aux extrémités du mouvement, complété de six autres sur son pourtour. Comme l’on peut le deviner, tout l’enjeu est d’assurer au mouvement une parfaite stabilité, c’est-à-dire la juste tension du câble qui le maintient afin que le calibre soit solidement arrimé. La tension du câble est donc contrôlée par un rochet miniature à 9 heures. L’ensemble du câble est relié à un indicateur indépendant situé sous l’index à 12 heures, permettant de procéder très simplement à un contrôle visuel de sa tension pour s’assurer qu’elle respecte toujours les normes prévues.

 

Dans le même esprit que la RM 56 de première génération, Richard Mille a voulu, encore plus avant, accroître la transparence de la pièce. Dans cette perspective, la liste des composants usinés en saphir s’est encore allongée : pont de barillet, de centre et d’un pont de tourbillon, redessinés pour l’occasion.

 

Au final, si la beauté d’une pièce ne se mesure pas au nombre d’heures qui y a été consacré, le temps dédié à la réalisation d’une RM 56-02 donne le tournis. Par exemple, un seul boîtier requiert 40 jours d’usinage sans interruption suivis de 400 heures pour les finitions des différents ponts du mouvement. Sans même parler des vis de la boîte, au nombre de 24 et toutes réalisées en titane. La RM 56-02 ne pouvait donc être qu’une série très limitée : 10 exemplaires, dont le premier sera dévoilé à Watches & Wonders.

 

Olivier Müller

 

Visuels © Richard Mille

  

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

6 mars 2017 à 17:45

Au poignet : l'incroyable RM 50-03 McLaren F1

Présentée lors du SIHH 2017, la RM 50-03 McLaren F1 est une fois de plus un concentré de ce qui se fait de plus technique dans le monde de l’horlogerie allié cette fois-ci avec le pape de la formule 1, Mc Laren. McLaren F1 + Richard Mille = l’équation évidente ! Première expression...

Lire la suite

10 mars 2016 à 20:12

Décollage immédiat avec la Richard Mille RM 50-02

La RM 50-02 en forme de hublot d’Airbus, invite à un petit voyage dans les airs. Elle propulse celui qui la contemple au milieu des stratus et des cumulo-nimbus. Avec cette montre, Richard Mille prouve une nouvelle fois son incroyable créativité et sa capacité à se renouveler sans...

Lire la suite

7 janvier 2016 à 16:06

RM 67-01 : une Richard Mille régime minceur

C’est la première fois que l’horloger contemporain Richard Mille, “se frotte” à la montre extraplate. L’élégante RM 67-01, aussi filiforme qu’un Top Model, fait souffler un vent de modernité sur cette catégorie plutôt “tradi”. Nicolas Dembreville   En général, les montres...

Lire la suite

18 septembre 2015 à 12:37

2015 : année érotique pour Richard Mille !

Richard Mille fait une nouvelle fois parler de lui ! Cette fois-ci, le spécialiste de la haute voltige horlogère nous présente sa montre dite « coquine », la RM69 Tourbillon Érotique. Un nom soigneusement choisi et fait référence à la production de montres érotiques existantes depuis...

Lire la suite

5 septembre 2015 à 21:05

Chantilly Arts & Elegance Richard Mille 2015

Après un succès sans précédent, c’est avec grande impatience que nous attendions l’édition 2015 de l’événement dédié à l’élégance et l’automobile, Chantilly Arts & Elégance Richard Mille. Ce dimanche 6 septembre sera la journée de la rencontre entre concours automobile,...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

22 mars 2018 à 16:12

Tudor Black Bay Fifty-Eight : la meilleure des Black Bay ?

Voici un de nos coups de cœur Basleworld 2018, la Black Bay Fifty-Eight (référence M79030N-002) pour une raison simple, ses proportions ! Outre le fait qu’elle se rapproche beaucoup de la Submariner référence 7924 gros remontoir (aka Big Crown), ce qui est déjà une excellente nouvelle,...

Lire la suite

9 décembre 2016 à 20:02

G-SHOCK Part 2 : laissez passer les professionnels !

Air / Mer / Terre : Trio c’est 3 fois plus Casio … La marque nippone ne se contente pas uniquement de concevoir des montres solides pour le bonheur des cascadeurs urbains. Au  même titre que la plus célèbre des marques horlogères suisse au cours des années 50, 60, 70 qui va mettre au...

Lire la suite

21 mars 2016 à 12:47

Rolex Cosmograph Daytona ref 116500LN : le cru 2016

Petit retour en arrière,  Baselworld 2013 : les passionnés de Rolex du monde entier attendent impatiemment LE nouveau Daytona qui doit célébrer les 40 ans (1963-2013) de la montre la plus iconique de la marque à la couronne. Malheureusement rien ne se passe concernant le modèle en acier,...

Lire la suite

2 mars 2016 à 19:57

La déferlante Overseas de Vacheron Constantin

Vacheron Constantin a frappé fort en lançant une gamme de cinq nouvelles Overseas très réussies. Cette vedette a été encensée par le petit monde horloger lors du dernier salon SIHH. Cela prouve qu’on peut être une respectable manufacture pluri-centenaire et concevoir de belles montres...

Lire la suite

15 janvier 2016 à 13:18

Parmigiani Fleurier Tonda 1950 tourbillon : tradition contemporaine

L’horlogerie semble compliquée de loin ; et pourtant, on peut résumer l’acte d’achat à un mot : l’esthétique. Une esthétique réussit, c’est un mélange de tradition et d’éléments plus moderne. Dans l’article suivant, nous allons vous expliquer pourquoi la Parmigiani Fleurier...

Lire la suite