Breitling Au fil de l'actualité

11 juin 2014 à 17:32

Breitling : recherche âme désespérément

 

Breitling sort une nouvelle version de sa légendaire Navitimer. L’occasion de revenir sur les derniers développements d’une marque qui tente de se positionner sur le haut de gamme, avec des moyens de mass market. Une équation impossible qui devrait forcer la marque à opter pour un positionnement plus clair.

 

Par Olivier Müller

 

Breitling propose aujourd’hui une nouvelle version de sa Navitimer. Dotée d’un cadran bronze, elle n’offre aucune spécificité hormis ce léger changement cosmétique, appelé ‘facelift’ dans les couloirs des services marketing. 

 

 

Volume ou valeur : choisir son camp !

On ne le répétera jamais assez : une nouvelle couleur ne fera jamais une nouveauté. Certes, cela ne favorise pas les affaires des marques grand public, qui misent en grande partie sur ces facelifts. A Baselworld, les moins créatives - ou les moins riches, au choix – masquent péniblement leur manque de nouveautés par une surabondance de facelifts : changement de couleur de cadran, d’aiguilles, de bracelet et autres réjouissances esthétiques.

 

Le grand public, dans l’ensemble, adhère. L’offre est plus vaste, chacun fait son marché avec des pièces qui sont presque sur-mesure. Les connaisseurs, eux, résistent. Et c’est bien le problème de Breitling.

 

Car, in fine, où se situe la célèbre marque au B ailé ? Du côté des Tissot, Longines, Frédérique Constant, ces marques fort respectables mais dont le succès se mesure au volume ? Ou bien du côté des Dodane, Zenith et autres Omega, empereurs de la chronométrie, dont l’aura se mesure, à l’inverse, à la valeur de leur créativité ? 

 

 

Séries pas très limitées

Les deux camps sont louables. Les deux approchent se complètent et répondent à de véritables attentes du public. Pour autant, le public avisé, celui qui collectionne les Speedmaster, Heuer historiques et autres Navitimer des années 50 va-t-il se ruer sur un cadran bronze ?

 

L’attrait de la série limitée de 1000 exemplaires devrait aviver l’intérêt, sans provoquer une hystérie à l’entrée des boutiques. 1000 exemplaires, ce n’est pas 200 pièces, voire 12, comme en joue une Panerai qui, elle, déclenche de ponctuelles horlo-émeutes.

 

C’est probablement là que le bât blesse pour Breitling. La communauté de fans historiques de la marque existe et troque amoureusement ses Valjoux contre ses Venus et inversement. Mais il n’existe pas de communauté comparable aux Paneristi, amateur de la marque actuelle, un club capable d’impulser une dynamique – au point, pour ce dernier, d’obtenir de la part de Panerai la réalisation d’une série limitée rien que pour eux.

 

Que faudrait-il à la Breitling pour revenir dans le camp des marques de grand prestige chronométrique ?

Déjà, des séries limitées qui le sont vraiment. Actuellement, une série limitée Breitling comporte 1000, 2000 voire 3000 exemplaires. C’est entre 10 et 100 fois plus que les marques du domaine institutionnel auquel Breitling veut se raccrocher. On note une exception avec la Super Avenger Military et ses 500 exemplaires, mais on est loin des Panerai précitées, voire d’un Eberhard Extra-fort “Ardisco non ordisco” (150 ex.), ou de la plupart des Hublot événementielles qui oscillent entre 100 et 300 exemplaires. Certes, Omega et TAG Heuer sont coutumières, elles aussi, des séries de 1000 à 3000 exemplaires. Raison de plus pour s’en distinguer, non ? 

 

Valeur ajoutée

Ensuite, des séries limitées qui présentent de vraies nouveautés. Une couleur seule ne peut pas suffire. Une gravure différente et un bracelet ad hoc seraient déjà un ‘plus’. Un procédé de fabrication inédit serait décisif. On note le cas d’Omega qui, à Baselworld, a procédé à une mise à jour de sa Moonwatch « Dark side of the Moon » avec un cadran fait à base de poudre de platine. Ici, la couleur est soutenue par un procédé technique inédit qui offre une réelle valeur ajoutée à la pièce.

 

Enfin, un peu de retenue ne nuirait point. La calendrier des sorties Breitling frise la tachycardie. Il y a peu de temps, la même Navitimer s’offrait en 46 mm, un diamètre qui s’approche dangereusement des séries Bentley que la marque peine déjà à écouler.

 

L’Airborne, modèle anniversaire des 30 ans du Chronomat, était dévoilé en même temps dans les collections courantes – alors que ce modèle, et lui seul, méritait plus que tout autre d’être en série exclusive !

 

Et dans la seule année précédente, les déclinaisons full black / carbone se sont abattues sur les Bentley (Midnight Carbon), Super Avenger (Military), Aerospace (EVO) et Navitimer Cosmonaute (Blacksteel).

 

La Transocean, elle, s’est déclinée en trois variations en moins de 6 mois (Chronograph 38 en janvier, Chronograph GMT en mai et Unitime Pilot un mois plus tard).

 

Au final, Breitling multiplie les entrées de son catalogue. L’objet est notamment de rentabiliser sa reconversion en manufacture, un effort financier massif qu’elle a supporté seule, tout indépendante qu’elle est. Mais dans les faits, de quoi s’agit-il ? De consumérisation de la marque, de mass market. Lesquels ne peuvent s’accommoder d’une étiquette « horlogerie de luxe ».

 

Olivier Müller

 

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

14 juillet 2015 à 19:33

Breitling : 130 ans en 12 dates clés

Breitling a fêté cette année ses 130 ans. La marque au B ailé a présenté un certain nombre de pièces majeures, notamment celles marquant les 30 ans de la renaissance de son Chronomat. Le Guide des Montres vous propose un aperçu des grandes dates qui ont marqué l’histoire de Breitling....

Lire la suite

1 juin 2015 à 23:20

Breitling Navitimer AOPA

Un double mythe revoit le jour : la Navitimer d’une part, et l’illustre blason de l’AOPA d’autre part. Tout deux sont aujourd’hui réunis pour une série très exclusive de 500 pièces signées Breitling. L’histoire qui lie ces deux pionniers n’est pas nouvelle. La Breitling...

Lire la suite

16 avril 2015 à 21:01

Breitling : en l’air, en mer et...connectée

Breitling deviendrait-elle enfin raisonnable ? La manufacture, après avoir sorti pléthore de modèles dans les 10 derniers mois, a effectué à Baselworld un tir groupé d’une salvatrice efficacité. Breitling concentre essentiellement son feu sur l’aéronautique, mais ne rechigne pas à...

Lire la suite

Salon Les Montres

  Cette 11ème édition réunit 15 des plus belles marques horlogères de luxe, A. Lange & Söhne, Breitling, Baume et Mercier, Bell & Ross, BRM, Chanel, Hermès, Jaeger-LeCoultre, Panerai, Hublot, Pequignet, Poiray, Tag Heuer ainsi que le fabricant de bracelets de montre Bouveret.   Les...

Lire la suite

10 septembre 2014 à 16:01

Breitling : quatre coups de Colt

  Après avoir largement rafraichi ses gammes phares à Baselworld, la Navitimer et la Chronomat, Breitling s'attaque à son entrée de gamme : la Colt. Le modèle né dans les années 1980 avait été quelque peu mis de côté, le temps pour la manufacture de se concentrer sur son haut de gamme...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

30 novembre 2017 à 19:08

Garmin fēnix chronos : La montre de tout les superlatifs !

Une première, nous testons une montre connectée sur Le Guide des Montres, mais pas n’importe laquelle, déjà il s’agit d’une Garmin, connue à la base comme étant la montre du sportif par excellence. Autant commencer par ce qu’il y a de mieux non ? Ce qui saute aux yeux une fois que...

Lire la suite

11 mai 2017 à 13:01

G-SHOCK MRG-G1000B-1ADR : L’art Japonais selon G-SHOCK !

Comme un bon vieux Kurosawa (réalisateur du film « Les 7 Samouraïs »), les G-SHOCK sont devenues au fil du temps des « classiques »,  prêtes à tout faire sans que son propriétaire ne se soucie de leur fiabilité ou de leur état. Un bonheur. Les japonais sont connus pour créer des...

Lire la suite

10 février 2017 à 19:26

Breguet Type XX1 ref 3817 : Néo-vintage !

Modèle iconique de Breguet et véritable emblème dans le domaine de l’aviation civil et militaire, le Type XX est une institution à lui seul. Commandé successivement par l’armée de l’Air et l’Aéronautique navale françaises jusqu’au début des années 80, ce n’est pas seulement...

Lire la suite

22 novembre 2016 à 00:16

G-Shock : la story et la nouvelle MRG

Casio : la G-Shock story ! A l’aube des années 80 pour les jeunes c’est plus le même deal pour celui qui traîne dans la rue ou pour celui qui travaille sur un chantier… (Suprême intro) L’homme moderne qui veut porter sa montre en toutes conditions n’a pas vraiment l’embarras du...

Lire la suite

21/06 : Vente de Montres de collection chez Tajan

Le 21 juin 2016, la Maison Tajan dispersera à Paris 150 montres de collection lors de sa vente aux enchères d’été. Parmi elles, notons le lot qui figure en couverture (n° 109) : un Cosmograph Daytona en or jaune, estimé en prix de départ à 50.000 euros.

Lire la suite