Omega Essais

6 janvier 2014 à 21:34

On l’a testée pour vous : l’Omega Bullhead

45 ans ! Il aura fallu près d’un demi-siècle pour qu’Omega réédite sa fameuse Bullhead. Le nom en est d’ailleurs aujourd’hui communément attribué à la marque du groupe Swatch, mais il caractérise une forme de boîte, au même titre que coussin ou tonneau. On peut donc trouver, par exemple, des Seiko Bullhead.

 

Comme on peut s’y attendre, la forme de la boîte n’a donc pas évoluée. Son cadran, en revanche, a subi un sérieux lifting. On le trouve aujourd’hui en trois finitions : noir, blanc, gris. Le modèle de 1969 était nettement plus audacieux, avec un cadran bronze réhaussé de bleu, noir et rouge. On comprend la volonté d’Omega de produire une pièce aux codes couleurs contemporains. On regrette qu’une série plus limitée n’ait pas été proposée, 100% conforme à l’originale. Ce fut le coup de poker tenté à Bale cette année avec la Nautical 70’s de Vulcain, et l’on a vu son succès.

 

Ole Toro !

Le format Bullhead se caractérise par ses poussoirs verticaux. C’est probablement la meilleure solution de déclenchement jamais inventée : droitier ou gaucher, peu importe, le déclenchement est toujours précis et rapide. Cette disposition n’a pas pris dans le design horloger pour des raisons esthétiques, mais cette Bullhead vient ici rappeler son efficacité avec brio. A l’inverse, la couronne à 6h vient régler la lunette intérieure qui fait office de GMT. C’est simple, économique, relativement fonctionnel (la couronne peut bouger par inadvertance), mais peu lisible. On ne rappellera jamais assez que pour lire un second fuseau horaire, rien ne vaut une seconde aiguille.

 

La couronne de mise à l’heure est elle aussi atypique. Elle n’est pas vissée, mais simplement sécurisée d’un quart de tour. A déverrouiller, c’est un plaisir. A verrouiller, le dispositif marque ses limites et demandera probablement un temps d’adaptation.

 

Ce temps sera également nécessaire pour s’habituer au positionnement de la pièce sur le poignet. Avec sa boîte asymétrique, la montre s’étire vers le haut et son poids suit cette orientation. En d’autres termes, la Bullhead aura la propension naturelle à glisser vers le bord extérieur du poignet. Pour y parer, une seule solution : l’attacher de manière ferme au poignet. Car une chemise, ici, ne freinera pas sa course : la Bullhead ne se laisse pas enfermer sous une chemise de bureau. Il faudra donc la laisser en dépasser et, ici, ses nouvelles couleurs sobres seront un atout : la Bullhead saura se faire discrète, par exemple à l’opposé d’une autre réédition de 1969, la Monaco de TAG Heuer, que son bleu électrique rendra toujours visible. 

Belle mécanique

Côté mouvement, la Bullhead jouit sans hésitation des progrès mécaniques du XXIe siècle. La pièce est motorisée par le calibre automatique Co-Axial 3113. C’est un beau mouvement, mais qu’on se contentera d’écouter, à défaut de le voir : le fond de la Bullhead est plein.

 

C’est un chronomètre certifié en tant que tel, doté de 52 heures de réserve de marche. De quoi laisser se reposer la bête le temps d’un week-end, mais pas d’une vie : le co-axial aura besoin d’une révision tous les sept ans. C’est deux fois moins souvent que la moyenne. Economiquement, la Bullhead est donc une pièce rentable ! A 7100 euros, neuve, elle se situe toutefois dans une gamme de prix assez élevée, notamment en raison du caractère « édition limitée » qui vient invariablement gonfler la note. Il sera toujours possible de mettre 3000 euros de plus, en moyenne, pour s’offrir l’originale de 1969, mais question fiabilité, on ne jouera plus dans la même cours.

 

Olivier Müller

 

Visuels © David Carteron / Delos Communications

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

20 avril 2015 à 19:00

Speedmaster et Constellation : les nouveautés Omega

C’est le grand retour de la gamme Constellation chez Omega. Avec un nouveau modèle Globemaster de 39 mm, la marque du Swatch Group remet à l’honneur une édition créée en 1957. La pièce est éminemment fidèle à son apparence d’époque côté cadran, mais au sommet de la technologie par...

Lire la suite

17 janvier 2015 à 15:10

Omega créée sa certification antimagnétique sur mesure

Omega bouge, donc le Swatch Group bouge. Et quand le Swatch Group bouge, c’est nécessairement toute l’industrie horlogère qui entre en mouvement.   Lors d’une intervention à Genève ce mardi 9 décembre, Nick Hayek, aux côtés de Stephen Urquhart, dirigeant d’Omega, ont conjointement...

Lire la suite

Applications horlogères : les meilleures apps...et les pires

  L’horlogerie connectée, vous connaissez ? Ainsi se nomme l’univers en forte expansion des applications horlogères sur mobiles. De belles créations ont vu le jour, mais la marge de progrès reste forte. Cela n’en reste pas moins le meilleur moyen de réviser ses classiques horlogers à...

Lire la suite

9 août 2014 à 12:23

Pour tout connaître (ou presque) sur la Speedmaster

  Même si vous n’avez pas prévu de vous rendre sur la Lune cet été, il n’y a pas de mal à réviser ses classiques, ceux de la montre qui, elle, y est allée : l’Omega Speedmaster.   Certes, tout ou presque a été dit et écrit sur ce mythique chronographe et son histoire spatiale....

Lire la suite

Spécial été : Le Guide des Montres de plongée

  L’été est bel et bien arrivé, et avec lui, les départs en vacances, les afterwork sur les terrasses ensoleillées, le farniente au bord des piscines, des séances de plongées dans les îles… Pour toutes ces activités estivales, les montres de plongée sont les garde temps à...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

20 octobre 2015 à 14:04

Panerai Radiomir S.L.C 3 Days PAM449

Parmi les SL faisant un clin d’œil aux glorieuses vintage de l’officine, les modèles Radiomir ne sont pas si nombreuses. Il y a eu la PAM21 en 1997, en platine et mue par un calibre Rolex 618 comme le modèle d’époque. Beaucoup plus tard, en 2006, la PAM232 et la PAM249 « California »...

Lire la suite

17 juin 2015 à 20:12

Tissot T-Complication Chronomètre

La précision ultime peut-elle être belle ? Voilà probablement la question que s’est posée Tissot en développant son nouveau modèle de chronomètre. C’est précisément cette pièce qui a remporté il y a deux ans le Concours de Chronométrie. Elle est aujourd’hui proposée dans le...

Lire la suite

13 juin 2015 à 18:21

Corum : retour de la Bubble

C’est le grand retour de la Bubble by Corum ! Cette pièce si atypique, à la fois dans l’horlogerie et dans les collections de la marque, connut son heure de gloire entre 2000 et 2005. Elle est toujours  identifiable par son verre saphir ultra bombée, lequel n’est pas sans rappeler les...

Lire la suite

1 juin 2015 à 23:20

Breitling Navitimer AOPA

Un double mythe revoit le jour : la Navitimer d’une part, et l’illustre blason de l’AOPA d’autre part. Tout deux sont aujourd’hui réunis pour une série très exclusive de 500 pièces signées Breitling. L’histoire qui lie ces deux pionniers n’est pas nouvelle. La Breitling...

Lire la suite

9 mars 2015 à 21:46

Essai : TAG Heuer Formula 1

  Quel chronographe suisse authentique s’offrir aujourd’hui sans (trop) se ruiner ? TAG Heuer répond : la Formula 1. Le Guide des Montres détaille la pièce conçue pour répondre à cette délicate équation de l’entrée de gamme qui doit rester, avant tout, une véritable...

Lire la suite