Girard Perregaux A voir

22 avril 2013 à 18:21

L’échappement à force constante de Girard Perregaux expliqué aux (presque) débutants

Le principe de force constante est un sujet d’études horlogères depuis plusieurs siècles. Girard Perregaux a notamment beaucoup investi depuis une demi-douzaine d’années sur ce sujet. C’est un principe, aujourd’hui en 2013, qu’il faut comprendre car il va remodeler le visage de tout le haut de gamme de la maison, dans ses collections Haute Horlogerie.

Pour en mesurer l’enjeu, saisir la portée de l’innovation, un rappel de quelques notions de base s’impose. Au cœur de la montre mécanique règne l’organe réglant, qui régule le débit de l’énergie reçue du barillet pour animer le train de rouage et la vitesse de rotation des aiguilles.

Ce n’est pas tellement le rythme des battements de ce cœur qui est décisif, mais leur régularité. La valse peut être à trois temps, à quatre temps, voire à mille temps, l’essentiel est qu’elle respecte la mesure dans la durée et jusqu’à son terme.

Toutes sortes de systèmes ont été imaginées avant que ne s’impose dans les montres-bracelets le fameux échappement à ancre suisse, qui fait à peu près l’unanimité. Il souffre toutefois d’un défaut : il ne fait que restituer l’énergie qu’il reçoit du barillet, qui elle diminue au cours du temps. Cette énergie qui définit la précision chronométrique est trop forte au début, insuffisante à la fin, marquant ainsi un pénible essoufflement. Une courbe, qui titille et agace les horlogers, illustre le phénomène : celle de l’amplitude, soit de l’angle de rotation d’un balancier spiral ou d’un pendule, qui s’amenuise en fin de course. 

Le principe d’un échappement à force constante est que, quelle que soit l’énergie du barillet, l’échappement restitue une énergie constante au régulateur (balancier). Pour y parvenir, l’idée géniale a été d’intégrer dans l’échappement un dispositif intermédiaire, comprenant une lame d’une extrême finesse qui accumule l’énergie jusqu’à un seuil proche de l’instabilité, toujours le même, puis la transmet intégralement et instantanément, avant de recommencer, inlassablement.

L’inspiration est venue d’une expérience que chacun peut faire, en  tenant entre le pouce et l’index un billet de chemin de fer, verticalement, en lui donnant la forme d’un C. Si l’on exerce une pression latérale, on sent une résistance jusqu’au moment où la carte bascule brusquement de l’autre côté, symétriquement.

Le phénomène d’instabilité est connu sous le nom de flambage, qui est le passage d’un état de compression à celui de flexion. On parle ainsi de lames flambées. Ici la lame, qui est en silicium, a la dimension d’un sixième de cheveu. Elle joue le rôle d’un micro-accumulateur d’énergie. Cette lame étant armée à un point aussi proche que possible de son état instable, il ne suffit que d’une quantité infinitésimale d’énergie - micro-impulsion donnée par le balancier (moins perturbante que dans un échappement à ancre) - pour qu’elle passe d’un stade à l’autre, profitant de ce mouvement pour relancer le balancier et compenser l’énergie variable du barillet en libérant à chaque fois la même quantité d’énergie.

A la différence d’autres systèmes qui proposent une force constante dispensée sur une moyenne, il s’agit là d’un authentique échappement à force constante, celle-ci étant instantanée et continue. Elle est d’ailleurs parfaitement mesurable par des moyens de contrôles de laboratoire.

Vous pensez avoir tout compris ? Vérifiez avec le mouvement en action !

 

Olivier Müller

Visuels © Girrard-Perregaux

ACTUALITÉS DE LA MARQUE

Toutes les actualités de la marque

26 février 2014 à 19:59

Girard Perregaux 1966 Grande Complication

En matière de complications, on tend à l’oublier, mais Girard Perregaux possède une expérience qui n’a pas à rougir face à Audemars Piguet ou A. Lange & Söhne. On lui doit parmi les tout premier « GMT », des QP dès 1890, ainsi que des tourbillons à la précision inégalée...

Lire la suite

Grand Prix de l’Horlogerie de Genève : et les lauréats sont...

Voilà bien longtemps que l’on n’avait pas vu un Grand Prix aussi réjouissant ! Le Grand Prix de l’Horlogerie de Genève, GPHG pour les intimes, s’est déroulé vendredi soir. Comme chaque année, un jury composé d’éminences grises de la haute horlogerie y attribue un prix par...

Lire la suite

Brèves horlogères de début d’année

Quelques jours avant l’ouragan SIHH, Le Guide des Montres a relevé pour vous les dernières infos, sans fard, sans excès, pour rester à la pointe de l’actu horlogère ! Girard Perregaux sort une nouvelle ligne ainsi qu’un nouveau modèle. La nouvelle ligne, c’est la Hawk, une nouvelle...

Lire la suite

Belles Montres ronronne

Certains appelleront ça l'âge de raison, d'autres, le chant du cygne. Toujours est-il que la 6ème édition de Belles Montres, à Paris, salon incontournable de l'horlogerie, semble s'être quelque peu assagie après la fougue des premières années. Au premier jour, la fréquentation des...

Lire la suite

5 novembre 2012 à 20:16

Girard-Perregaux : retour du tourbillon bi-axial

Le tourbillon reste une complication horlogère indémodable, du moins pour l’amateur averti. Si certaines marques s’en tiennent respectueusement à l’écart, comme Urwerk, d’autres en ont fait un crédo, comme Greubel-Forsey. Girard-Perregaux n’a plus grand-chose à prouver en matière...

Lire la suite

Actualités de la catégorie

Toutes les actualités de la catégorie

2 décembre 2017 à 15:51

Les dessous de la création de la Royal Oak !

Etant un fervent admirateur de la Royal Oak, 1ère génération (ref 5402), j’ai souhaité partager avec vous cet excellent article très documenté de Gregory Pons qui évoque pour la première fois les prémices de la création de ce modèle mythique, sujet très peu évoqué sous cet...

Lire la suite

1 octobre 2015 à 11:19

La Vacheron Constantin American 1921 en détails

Après la Toledo 1951 et le Chronomètre Royal 1907, la Vacheron Constantin American 1921 (réf.82035/000R-9359 ici présentée) est la troisième référence à intégrer la Collection Historique relancée en 2005 par Vacheron Constantin. Cette collection a pour particularité de proposer des...

Lire la suite

14 juillet 2015 à 19:33

Breitling : 130 ans en 12 dates clés

Breitling a fêté cette année ses 130 ans. La marque au B ailé a présenté un certain nombre de pièces majeures, notamment celles marquant les 30 ans de la renaissance de son Chronomat. Le Guide des Montres vous propose un aperçu des grandes dates qui ont marqué l’histoire de Breitling....

Lire la suite

11 juin 2015 à 21:43

Mariage, fiançailles : les montres du jour J

Mai, juin, juillet : premières lueurs estivales, mais aussi mois d’unions par excellence. Que vous fassiez le grand saut du mariage, des fiançailles, ou que vous assistiez l’un de vos proches dans cet événement d’une vie, la montre reste un symbole fort. Gage d’amitié, d’amour,...

Lire la suite

23 mai 2015 à 17:36

Richard Mille RM 011 Yellow Flash

C’est l’été, l’on ose – enfin – les couleurs plus vives au poignet. Comme chaque année, le bleu, le orange et le jaune sont à l’honneur. L’indépendante Urwerk avait déjà ouvert le feu à Baselworld il y a quelques semaines avec son UR-105 TA, justement déclinée en jaune et...

Lire la suite